Le PVC, un matériau à l’histoire fascinante

En 2015, pas moins de 60 % des nouveaux profilés de fenêtres installés en France étaient fabriqués en PVC, comme le révèle cette étude d’Axiome Media. À l’instar de nombreux autres Français, peut‑être avez-vous donc opté pour la pose de profilés de fenêtres et portes en PVC dans votre habitation. Mais connaissez-vous réellement ce matériau et son origine ? Suivez le guide pour en savoir plus sur l’histoire fascinante du PVC.

Une trouvaille inattendue

Le polychlorure de vinyle, plus connu sous le sigle PVC, est un polymère plastique formé de chlorure de vinyle, un composé chimique lui-même constitué d’atomes de carbone, d’hydrogène et de chlore. Davantage le fruit d’une découverte accidentelle qu’une « invention » à proprement parler, le PVC a été découvert par hasard au 19e siècle par le chimiste allemand Eugen Baumann.
C’est en 1835 que le chimiste allemand Justus von Liebig, aidé par son jeune assistant français Henri Victor Regnault, parvint à synthétiser pour la première fois le chlorure de vinyle, composé de base du PVC. Cependant, ce n’est qu’en 1872 que le chimiste allemand Eugen Baumann découvrit qu’il était possible de polymériser le chlorure de vinyle. Par erreur, il en laissa une bouteille exposée au soleil et c’est alors que se forma un composé solide de couleur blanche, résultat d’une réaction chimique entre le chlorure de vinyle et les rayons UV du soleil. Le PVC était né !

Une industrialisation tardive

Les premières tentatives d’utilisations commerciales ne datent quant à elles que du début du 20e siècle et sont dues aux efforts des chimistes Ivan Ostromislensky et Friedrich Heinrich Klatte. Toutefois, le polymère étant trop rigide, non substituable au caoutchouc et difficilement transformable, les chimistes mettent un terme à leurs recherches.
En 1926, la société américaine B.F. Goodrich rachète les brevets de Klatte et développe avec l’aide de Waldo Semon une méthode de plastification du PVC consistant à y ajouter à chaud des substances organiques. La souplesse et la maniabilité du polymère sont désormais possibles et ouvrent la porte à une infinité d’applications pratiques.

Quelles applications pour le PVC ?

La première commercialisation du PVC sous forme souple fut des joints étanches de marque Koroseal. Une autre entreprise américaine, Carbide and Carbon Chemical Corp, s’en sert quant à elle, pour produire des équipements d’intérieur tels que des revêtements de sols, de murs et des abat-jour.
Cependant, c’est sous forme rigide que ses applications sont les plus importantes. La fabrication de tuyaux de canalisation représente par exemple plus de 40 % de la consommation totale de PVC. Bien sûr, il ne s’agit pas là de la seule utilité du PVC dans le secteur du bâtiment, puisque le matériau permet aussi de fabriquer, grâce à un procédé de fabrication appelé extrusion, des profilés de portes et fenêtres aux bonnes propriétés isolantes.